ISBN-10:
0819566918
ISBN-13:
9780819566911
Pub. Date:
03/01/2004
Publisher:
Wesleyan University Press
The Self-Dismembered Man / Edition 1

The Self-Dismembered Man / Edition 1

by Guillaume Apollinaire, Donald RevellGuillaume Apollinaire

Paperback

Current price is , Original price is $17.95. You

Temporarily Out of Stock Online

Please check back later for updated availability.

Overview

Guillaume Apollinaire's final years exactly coincided with the clamorous advent of European Modernism and with the cataclysms of WWI. In The Self-Dismembered Man, poet Donald Revell offers new English translations of the most powerful poems Apollinaire wrote during those years: poems of nascent surrealism, of combat and of war-weariness. Here, too, is Apollinaire's last testament, "The Pretty Redhead," a farewell to the epoch that he—as poet, convict, art-critic, artilleryman and boulevardier—did so much to conjure and sustain until his death on Armistice Day in 1918. Readers of Apollinaire's more familiar early work, Alcools (Wesleyan, 1995), will find here a darker and yet more tender poet, a poet of the broken world who shares entirely the world's catastrophe even as he praises to the end its glamour and its strange innocence. This English translation, facing the original French, illuminates Apollinaire's crucial and continuing influence on the European and American avant-garde. The volume includes a short translator's preface.

Product Details

ISBN-13: 9780819566911
Publisher: Wesleyan University Press
Publication date: 03/01/2004
Series: Wesleyan Poetry Series
Edition description: Trans. from the French
Pages: 152
Product dimensions: 6.00(w) x 9.00(h) x 0.36(d)

About the Author

GUILLAUME APOLLINAIRE (1880-1918) was a central figure in the Modernist movement in Europe where, with Matisse, he gave Cubism its name. His books include Calligrammes (1918) and Alcools (1913). DONALD REVELL is a poet and translator. His most recent Wesleyan book is Arcady (2002), which won the 2003 PEN Center USA Poetry Award.

Read an Excerpt

CHAPTER 1

Les Collines


Au-dessus de Paris un jour Combattaient deux grands avions L'un était rouge et l'autre noir Tandis qu'au zénith flamboyait L'éternel avion solaire

L'un était toute ma jeunesse Et l'autre c'était l'avenir Ils se combattaient avec rage Ainsi fit contre Lucifer L'Archange aux ailes radieuses

Ainsi le calcul au problème Ainsi la nuit contre le jour Ainsi attaque ce que j'aime Mon amour ainsi l'ouragan Déracine l'arbre qui crie

Mais vois quelle douceur partout Paris comme une jeune fille S'éveille langoureusement Secoue sa longue chevelure Et chante sa belle chanson


The Hills

One day in the sky over Paris Two great airplanes made war One was red and the other was black And still higher at the zenith flamed Eternity's sunshine

The one was my entire youth The other was the future They made war furiously Same as the radiant archangel Struggled with Lucifer

So calculus hates the problem So night hates day So my loving batters my love So hurricane Uproots the screaming tree

But look at the sweetness Paris like a girl Awakens languidly And shaking her long long hair She begins to sing

Où donc est tombée ma jeunesse Tu vois que flambe l'avenir Sache que je parle aujourd'hui Pour annoncer au monde entier Qu'enfin est né l'art de prédire

Certains hommes sont des collines Qui s'élèvent d'entre les hommes Et voient au loin tout l'avenir Mieux que s'il était le présent Plus net que s'il était passé

Ornement des temps et des routes Passe et dure sans t'arrêter Laissons sibiler les serpents En vain contre le vent du sud Les Psylles et l'onde ont péri

Ordre des temps si les machines Se prenaient enfin à penser Sur les plages de pierreries Des vagues d'or se briseraient L'écume serait mère encore

My youth was shot out of the sky Now see how the future burns Hear me Announcing to the whole world The birth of prophecy

Certain men are hills Rising above humanity And to these men the future Seems nearer than the present And cleaner than the past

Ornaments of roads and weather Lead on to everlasting Let the snake hiss Vainly against the south wind The snake charmers are dust

A sign of the times When machines begin to think Solid gold sea-waves Break against jeweled beaches Sea-foam mothers us once again

Moins haut que l'homme vont les aigles C'est lui qui fait la joie des mers Comme il dissipe dans les airs L'ombre et les spleens vertigineux Par où l'esprit rejoint le songe

Voici le temps de la magie Il s'en revient attendez-vous A des milliards de prodiges Qui n'ont fait naître aucune fable Nul les ayant imaginés

Profondeurs de la conscience On vous explorera demain Et qui sait quels êtres vivants Seront tirés de ces abîmes Avec des univers entiers

Voici s'élever des prophètes Comme au loin des collines bleues Ils sauront des choses précises Comme croient savoir les savants Et nous transporteront partout

Man flies higher than eagles Man pleasures the oceans Man dispels Shadows and spleen His dream is real

Now is the time of magic See they return Billions of prodigies Fathers to no fables And unimaginable

Tomorrow explores Deep consciousness And tomorrow new beasts Whole universes Will be torn from it living

New prophets arise Like blue hills at the horizon They will knows things exactly Beyond the scientists They will take us everywhere

La grande force est le désir Et viens que je te baise au front O légère comme une flamme Dont tu as toute la souffrance Toute l'ardeur et tout l'éclat

L'âge en vient on étudiera Tout ce que c'est que de souffrir Ce ne sera pas du courage Ni même du renoncement Ni tout ce que nous pouvons faire

On cherchera dans l'homme même Beaucoup plus qu'on n'y a cherché
On scrutera sa volonté
Et quelle force naîtra d'elle Sans machine et sans instrument

Les secourables mânes errent Se compénétrant parmi nous Depuis les temps qui nous rejoignent Rien n'y finit rien n'y commence Regarde la bague à ton doigt

Desire is the sovereign force Come here and be kissed Agile little fire Little pain bird All ardor and scandal

We shall be scholars of real pain In a golden age of suffering Nothing to do with courage Nothing to do with sacrifice Nothing to do at all

We shall require from man More than ever was required We shall test his will And the power of it Naked and unaided

Kindly gods haunt us They walk beside us In times that overwhelm us Nothing ends nothing begins If you don't believe me just look at the ring on your finger

Temps des déserts des carrefours Temps des places et des collines Je viens ici faire des tours Où joue son rôle un talisman Mort et plus subtil que la vie

Je me suis enfin détaché
De toutes choses naturelles Je peux mourir mais non pécher Et ce qu'on n'a jamais touché
Je l'ai touché je l'ai palpé

Et j'ai scruté tout ce que nul Ne peut en rien imaginer Et j'ai soupesé maintes fois Même la vie impondérable Je peux mourir en souriant

Bien souvent j'ai plané si haut Si haut qu'adieu toutes les choses Les étrangetés les fantômes Et je ne veux plus admirer Ce garçon qui mime l'effroi

Times of desert and crossroad Time of hill and plaza I'm here to play tricks I'm using a talisman A corpse more subtle than anything alive

I am the self-dismembered man Denatured detached Capable of death incapable of sin And what no one has ever touched I have touched intimately

I have tasted what no one Could possibly imagine I have measured numberless Unthinkable lives I can die smiling

I have flown so high so often Adieu everything Paranormals and phantoms I have no mind left to marvel At child's play

Jeunesse adieu jasmin du temps J'ai respiré ton frais parfum A Rome sur les chars fleuris Chargés de masques de guirlandes Et des grelots du carnaval

Adieu jeunesse blanc Noël Quand la vie n'était qu'une étoile Dont je contemplais le reflet Dans la mer Méditerranée Plus nacrée que les météores

Duvetée comme un nid d'archanges Ou la guirlande des nuages Et plus lustrée que les halos
Émanations et splendeurs Unique douceur harmonies

Je m'arrête pour regarder Sur la pelouse incandescente Un serpent erre c'est moi-même Qui suis la flûte dont je joue Et le fouet qui châtie les autres

Goodbye youth Jasmine of time I breathed On Roman flower wagons Carrying masks and garlands And carnival bells

Goodbye youth Christmas One star all alone I prayed to its reflection On the surface of the sea Where it seemed more pearly than meteors

Downy as an archangel's nest Or cloud wreath More lustrous than halos Emanations and splendors Unique sweetness harmonies

On the incandescent lawn I stop to watch The snake of me And the flute I play And the scourge I use

Il vient un temps pour la souffrance Il vient un temps pour la bonté
Jeunesse adieu voici le temps Où l'on connaîtra l'avenir Sans mourir de sa connaissance

C'est le temps de la grâce ardente La volonté seule agira Sept ans d'incroyables épreuves L'homme se divinisera Plus pur plus vif et plus savant

Il découvrira d'autres mondes L'esprit languit comme les fleurs Dont naissent les fruits savoureux Que nous regarderons mûrir Sur la colline ensoleillée

Je dis ce qu'est au vrai la vie Seul je pouvais chanter ainsi Mes chants tombent comme des graines Taisez-vous tous vous qui chantez Ne mêlez pas l'ivraie au blé

There will be time for suffering There will be time for kindness Goodbye youth soon now We'll know the future And no harm done

It will be a time of avid grace Fire refining human will Seven years incredible labor And then godhood Pure increase and pure knowledge

Man will find more worlds The spirit wilts like a flower Giving way to sweet fruit Ripening in no hurry On sunny hillsides

I tell you what life is truly Only I could tell you My songs fall like scattered seeds Tell the other poets to give up They are chaff I am wheat

Un vaisseau s'en vint dans le port Un grand navire pavoisé
Mais nous n'y trouvâmes personne Qu'une femme belle et vermeille Elle y gisait assassinée

Une autre fois je mendiais L'on ne me donna qu'une flamme Dont je fus brûlé jusqu'aux lèvres Et je ne pus dire merci Torche que rien ne peut éteindre

Où donc es-tu ô mon ami Qui rentrais si bien en toi-même Qu'un abîme seul est resté
Où je me suis jeté moi-même Jusqu'aux profondeurs incolores

Et j'entends revenir mes pas Le long des sentiers que personne N'a parcourus j'entends mes pas A toute heure ils passent là-bas Lents ou pressés ils vont ou viennent

A ship entered port An enormous flagship There was no one aboard her But later on the deck we found A lovely crimson murdered woman

A while ago I begged I was given nothing but fire I was burned to the lips I couldn't even say thanks Nothing could extinguish me

Where are you now my friend Withdrawn into yourself so far Only an abyss remains Where I've thrown myself Down to colorless depths

I hear my steps returning Along the path where none Ever passed I hear my steps Passing at all hours Slow or hurrying they come and they go

Hiver toi qui te fais la barbe Il neige et je suis malheureux J'ai traversé le ciel splendide Où la vie est une musique Le sol est trop blanc pour mes yeux

Habituez-vous comme moi A ces prodiges que j'annonce A la bonté qui va régner A la souffrance que j'endure Et vous connaîtrez l'avenir

C'est de souffrance et de bonté
Que sera faite la beauté
Plus parfaite que n'était celle Qui venait des proportions Il neige et je brûle et je tremble

Maintenant je suis à ma table J'écris ce que j'ai ressenti Et ce que j'ai chanté là-haut Un arbre élancé que balance Le vent dont les cheveux s'envolent

Winter while you're shaving It snows and I'm miserable I've crossed the bright sky Where life is a song the ground Is far too white for my eyes

You must accept as I've accepted These prodigies I announce to you And the kindness that will govern us And the suffering I endure To show you the future

Beauty will be made Of suffering and kindness And it will be a more perfect beauty Than ever arose from symmetry It snows and I burn and I tremble

Sitting at my table now I write what I've felt And what I sang up there A slim tree swaying In the wind and my hair streaming

Un chapeau haut de forme est sur Une table chargée de fruits Les gants sont morts près d'une pomme Une dame se tord le cou Auprès d'un monsieur qui s'avale

Le bal tournoie au fond du temps J'ai tué le beau chef d'orchestre Et je pèle pour mes amis L'orange dont la saveur est Un merveilleux feu d'artifice

Tous sont morts le maître d'hôtel Leur verse un champagne irréel Qui mousse comme un escargot Ou comme un cerveau de poète Tandis que chantait une rose

L'esclave tient une épée nue Semblable aux sources et aux fleuves Et chaque fois qu'elle s'abaisse Un univers est éventré
Dont il sort des mondes nouveaux

A top hat rests On a table groaning with fruit The gloves are dead beside an apple A grand lady chokes herself Beside a man who swallows himself

The ballroom spins in eternity Where I've killed the bandleader And for my friends now I peel An orange whose flavor Is a fireworks display

Everyone's dead and the maitre d'
Pours them unreal champagne It foams like a snail Or like a poet's brain A white rose singing all the while

A slave grabs a naked sword It looks like fountains and rivers Every time he lowers it A universe is disemboweled And new worlds arise

Le chauffeur se tient au volant Et chaque fois que sur la route Il corne en passant le tournant Il paraît à perte de vue Un univers encore vierge

Et le tiers nombre c'est la dame Elle monte dans l'ascenseur Elle monte monte toujours Et la lumière se déploie Et ces clartés la transfigurent

Mais ce sont de petits secrets Il en est d'autres plus profonds Qui se dévoileront bientôt Et feront de vous cent morceaux A la pensée toujours unique

Mais pleure pleure et repleurons Et soit que la lune soit pleine Ou soit qu'elle n'ait qu'un croissant Ah! Pleure pleure et repleurons Nous avons tant ri au soleil

The chauffeur grabs the steering wheel He honks his horn at every turning On the horizon In the street around the corner He sees a virgin universe

And number three is a grand lady Going up in the elevator She keeps going up and up And the light spreads out And the brightness transfigures her

But these are small secrets There are others much deeper ones Soon to be unveiled And they will cut you to pieces With a common thought

Weep weep and weep again And may the moon wax full Or shrink to a sliver Ah! Weep weep and weep again We have laughed for such a long time in the sun

Des bras d'or supportent la vie Pénétrez le secret doré
Tout n'est qu'une flamme rapide Que fleurit la rose adorable Et d'où monte un parfum exquis

Golden arms sustain us Grasp if you can the golden secret That everything is only fire Flourishing a rose And giving off an exquisite perfume


Les Fenêtres

Du rouge au vert tout le jaune se meurt Quand chantent les aras dans les forêts natales Abatis de pihis Il y a un poème à faire sur l'oiseau qui n'a qu'une aile Nous l'enverrons en message téléphonique Traumatisme géant Il fait couler les yeux Voilà une jolie jeune fille parmi les jeunes Turinaises Le pauvre jeune homme se mouchait dans sa cravate blanche Tu soulèveras le rideau Et maintenant voilà que s'ouvre la fenêtre Araignées quand les mains tissaient la lumière Beauté pâleur insondables violets Nous tenterons en vain de prendre du repos On commencera à minuit Quand on a le temps on a la liberté
Bignorneaux Lotte multiples Soleils et l'Oursin du couchant Une vieille paire de chaussures jaunes devant la fenêtre Tours Les Tours ce sont les rues Puits Puits ce sont les places Puits


The Windows

All the yellow dies from red to green Where parakeets sing in the first woods Pihi giblets There is a poem to write about a bird with just one wing We'll telephone it in Gigantic trauma Brings tears to my eyes Behold a pretty young girl amid the youth of Turin The poor boy sneezed into his white cravat I'll raise the curtain And voilà the opening window Spiders where my hands wove the light Beauty pallor fathomless flowers We'll flunk at shuteye We'll start over at midnight If you've got the time you've got the freedom Winkles codfish polysuns and sundown urchins A pair of old yellow boots in front of the window Towers Towers are the streets Wells Wells are plazas Wells

Arbres creux qui abritent les Câpresses vagabondes Les Chabins chantent des airs à mourir Aux Chabines marronnes Et l'oie oua-oua trompette au nord Où les chasseurs de ratons Raclent les pelleteries
Étincelant diamant Vancouver Où le train blanc de neige et de feux nocturnes fuit l'hiver O Paris Du rouge au vert tout le jaune se meurt Paris Vancouver Hyères Maintenon New-York et les Antilles La fenêtre s'ouvre comme une orange Le beau fruit de la lumière

Hollow trees harbor vagabond half-breeds Mulattoes sing mournfully To noisy mulattoes And the wa-wa goose trumpets northward Where raccoon hunters Scrape pelts Vancouver Glittery diamond Where snow-white trains and nightlife fly from winter O Paris The yellow dies from red to green Paris Vancouver Hyères Maintenon New York and the Antilles The window opens like an orange Comely fruit of light


Le Musicien de Saint-Merry

J'ai enfin le droit de saluer des êtres que je ne connais pas Ils passent devant moi et s'accumulent au loin Tandis que tout ce que j'en vois m'est inconnu Et leur espoir n'est pas moins fort que le mien

Je ne chante pas ce monde ni les autres astres Je chante toutes les possibilités de moi-même hors de ce monde et des astres Je chante la joie d'errer et le plaisir d'en mourir

Le 21 du mois de mai 1913
Passeur des morts et les mordonnantes mériennes Des millions de mouches éventaient une splendeur Quand un homme sans yeux sans nez et sans oreilles Quittant le Sébasto entra dans la rue Aubry-le-Boucher Jeane l'homme était brun et ce couleur de fraise sur les joues Homme Ah! Ariane Il jouait de la flûte et la musique dirigeait ses pas I1 s'arrêta au coin de la rue Saint-Martin Jouant l'air que je chante et que j'ai inventé
Les femmes qui passaient s'arrêtaient près de lui Il en venait de toutes parts Lorsque tout à coup les cloches de Saint-Merry se mirent à sonner Le musicien cessa de jouer et but à la fontaine


The Musician of Saint-Merry

At last I can hail I don't know whom They pass by me they gather out there Remaining strange Their hopes no weaker than my own

I'm not singing of this world or of other stars I'm singing possibilities of me beyond worlds I'm singing joys of errancy pleasures of death

21st May 1913
Ferryman of the dead and of death-buzzing B-girls Millions of flies fanned out in a splendor When an eyeless noseless carless man Turned out of Sebasto coming down the rue Aubry-le-Boucher He was dark and young with strawberry cheeks O Man! Ariadne He played a flute and the music took him He stopped at the corner of the rue Saint-Martin Playing this song I'm singing which I invented Women passing by gathered around him They came from everywhere Suddenly all the bells of Saint-Merry were ringing The musician stopped playing to drink from the fountain Qui se trouve au coin de la rue Simon-Le-Franc Puis Saint-Merry se tut L'inconnu reprit son air de flûte Et revenant sur ses pas marcha jusqu'à la rue de la Verrerie Où il entra suivi par la troupe des femmes Qui sortaient des maisons Qui venaient par les mes traversières les yeux fous Les mains tendues vers le mélodieux ravisseur Il s'en allait indifférent jouant son air Il s'en allait terriblement

Puis ailleurs A quelle heure un train partira-t-il pour Paris

A ce moment Les pigeons des Moluques fientaient des noix muscades En même temps Mission catholique de Bôma qu'as-tu fait du sculpteur

Ailleurs Elle traverse un pont qui relie Bonn à Beuel et disparaît à travers Pützchen

Au même instant Une jeune fille amoureuse du maire

At the corner of the rue Simon-le-Franc Then Saint-Merry was quiet The stranger played again Retracing his steps as far as the rue de La Verrerie He kept walking followed by more and more women Streaming from the houses And coming from the cross-streets wild-eyed With hands outstretched to the weird troubador Indifferent he kept walking playing his song He just kept walking it was terrifying

Elsewhere When does a train leave for Paris

Simultaneously Moluccan pigeons dung down nutmegs Simultaneously Catholic mission at Boma what have you done with the sculptor

Elsewhere She crosses a bridge from Bonn to Beuel and vanishes

Simultaneously A girl in love with the mayor

Dans un autre quartier Rivalise donc poète avec les étiquettes des parfumeurs

En somme ô rieurs vous n'avez pas tiré grand-chose des hommes Et à peine avez-vous extrait un peu de graisse de leur misère Mais nous qui mourons de vivre loin l'un de l'autre Tendons nos bras et sur ces rails roule un long train de marchandises

Tu pleurais assise près de moi au fond d'un fiacre Et maintenant Tu me ressembles tu me ressembles malheureusement

Nous nous ressemblons comme dans l'architecture du siècle dernier Ces hautes cheminées pareilles à des tours

Nous allons plus haut maintenant et ne touchons plus le sol

Et tandis que le monde vivait et variait Le cortège des femmes long comme un jour sans pain Suivait dans la rue de la Verrerie l'heureux musicien

Cortèges ô cortèges C'est quand jadis le roi s'en allait à Vincennes Quand les ambassadeurs arrivaient à Paris Quand le maigre Suger se hâtait vers la Seine Quand l'émeute mourait autour de Saint-Merry.


In another part of town The poets compete with perfume labels

In sum o laughers you have not profited from humanity You've gotten only a little grease of its misery But we who are dying of distances Stretch out our arms and on those rails there rolls a long train of merchandise

You wept beside me in the depths of a taxicab And now You resemble me unhappily you really do

We resemble each other like the chimneys Towering in 19th-century architecture

We go higher and we shall never touch down

And while the world changed and lived The parade of women as long as a day without bread Followed the happy musician down the rue de La Verrerie

Parades o parades As in the old days when the king went to Vincennes When ambassadors entered Paris When skinny Suger hurried to the Seine When the riot died out in Saint-Merry

Cortèges ô cortèges Les femmes débordaient tant leur nombre était grand Dans toutes les rues avoisinantes Et se hâtaient raides comme balle Afin de suivre le musicien Ah! Ariane et toi Pâquette et toi Amine Et toi Mia et toi Simone et toi Mavise Et toi Colette et toi la belle Geneviève Elles ont passé tremblantes et vaines Et leurs pas légers et prestes se mouvaient selon la cadence De la musique pastorale qui guidait Leurs oreilles avides

L'inconnu s'arrêta un moment devant une maison à vendre Maison abandonnée Aux vitres brisées C'est un logis du seizième siècle La cour sert de remise à des voitures de livraisons C'est là qu'entra le musicien Sa musique qui s'éloignait devint langoureuse Les femmes le suivirent dans la maison abandonnée Et toutes y entrèrent confondues en bande Toutes toutes y entrèrent sans regarder derrière elles Sans regretter ce qu'elles ont laissé
Ce qu'elles ont abandonné
Sans regretter le jour la vie et la mémoire

Parades o parades The women overflowed Into every street in the neighborhood Avalanching Following the musician Ah! Ariadne and you Paquette and you Amine And you Mia and you Simone and you Mavise And you Colette and you beautiful Genevieve They passed by mean quivering and vain And their soft steps went in cadence To the pastoral music Guiding their avid ears

The stranger stopped for a moment in front of a house for sale Derelict house Broken windows Sixteenth-century Courtyard a parking lot He went inside His music receding became languorous The women followed him in They all went together in one clump Without a backward glance Without sorrow Without remorse Abandoning daylight and their lives and their memories

Il ne resta bientôt plus personne dans la rue de la Verrerie Sinon moi-même et un prêtre de Saint-Merry Nous entrâmes dans la vieille maison

Mais nous n'y trouvâmes personne

Voici le soir A Saint-Merry c'est l'Angélus qui sonne Cortèges ô cortèges C'est quand jadis le roi revenait de Vincennes Il vint une troupe de casquettiers Il vint des marchands de bananes Il vint des soldats de la garde républicaine O nuit Troupeau de regards langoureux des femmes O nuit Toi ma douleur et mon attente vaine J'entends mourir le son d'une flûte lointaine

Pretty soon no one was left on the rue de La Verrerie Except for me and the parish priest We entered the old house too

We didn't find anyone

It's evening now The Angelus is ringing Parades o parades As in the old days when the king returned from Vincennes There came a troupe of hat-makers There came banana sellers There came soldiers of the republican guard O night Flock of languorous female eyes O night My sadness and my useless attention I can just barely hear a flute dying

(Continues…)


Excerpted from "The Self-Dismembered Man"
by .
Copyright © 2019 Wesleyan University Press.
Excerpted by permission of Wesleyan University Press.
All rights reserved. No part of this excerpt may be reproduced or reprinted without permission in writing from the publisher.
Excerpts are provided by Dial-A-Book Inc. solely for the personal use of visitors to this web site.

Table of Contents

Les Collines / The Hills
Les Fenêtres / The Windows
Le Musicien de Saint-Merry / The Musician of Saint-Merry
Arbre / Tree
Océan de Terre / Ocean of Earth
Lundi Rue Christine
Monday in the rue Christine
A Travers l'Europe
Un Fantôme de Nuées
Souvenirs / Mementos
La Petite Auto / The Little Car
Le Départ / The Departure
Fusée / Flare
La Nuit d'Avril 1915 / 1915 April Night
Merveille de la Guerre / Marvel of War
Fête / Festival
Un Oiseau Chante / A Bird is Singing
Chant de l'Horizon en Champagne / Song of the Horizon in Champagne
Toujours / Always
Les Soupirs du Servant de Dakar / Sighs of the Dakar Gunner
Il y a / There's
Ombre / Shadow
La Victoire / Victory
La Jolie Rousse / The Pretty Redhead
Translator's AFterword

What People are Saying About This

Norma Cole

"Here is a work that is devoted, fresh, tender and full of care, both in its selection and in the translation. It succinctly sketches a bridge between Apollinaire, poet of the early 20th century and poetry at present."
Norma Cole, author of Cross-Cut Universe: Writing on Writing From France

From the Publisher

"Here is a work that is devoted, fresh, tender and full of care, both in its selection and in the translation. It succinctly sketches a bridge between Apollinaire, poet of the early 20th century and poetry at present." —Norma Cole, author of Cross-Cut Universe: Writing on Writing From France

"This is an outstanding translation. Revell renders the French in just the right idiomatic language."—Marjorie Perloff, author of Wittgenstein's Ladder

Marjorie Perloff

“This is an outstanding translation. Revell renders the French in just the right idiomatic language.”

Customer Reviews